comme on fait son lit on se couche

Une semaine, une expression....

26/11/12

Vangogh

La forme ancienne de cette expression est : "qui fait mal son lit, mal couche et gît". 

Dans la mesure où les phénomènes sont à saisir de manière rationnelle, l'interprétation n'en était que plus aisée. En effet, elle dénote simplement le fait qu'il faut assumer ses actes, et, en cela devient synonyme proche de : "on récolte ce que l'on sème".

Cette formule trouve son étymologie dans un autre cliché : "faire le lit de quelque chose ou de quelqu'un" désigne le fait de préparer, favoriser la venue de quelque chose de désagréable ou néfaste.

 

étymologie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

"Là où le discours en reste aux mots,

la parole engage le corps" (J.Lecoq)

Bienvenue sur mon site. 

En tant qu'écrivain public, je vous propose ma plume pour vos travaux d'écriture, ainsi qu'un partage de mon intérêt pour la langue française et la littérature en général. Je vous soumets également quelques références "papier" ainsi que des sites qui peuvent vous aider au quotidien.

J'espère que vous trouverez la ou les réponses qui vous ont amené jusqu'ici.

N'hésitez pas à proposer des améliorations possibles et à me contacter pour vos travaux d'écriture, qu'il s'agisse de corrections ou de créations.

"Parler est un besoin, écouter est un art "

(Goethe)

×